BangBang : bangbangblog.com

Moi aussi j'veux un blog

L’improbable Gala

David Ratté
24 octobre 2013

Interminable intro

Quand j’étais p’tit cul, je prenais des longues marches sur la plage de Baie-des-Sables en Gaspésie, d’où je viens, en m’imaginant gagner un trophée à un gala quelconque, pourquoi pas celui de l’ADISQ (même si à l’époque je ne jouais pas de musique, peu importe, tout ce qui comptait c’était que ce soit un gala télévisé), et j’essayais de trouver un discours qui aurait du punch et dont tout le monde se souviendrait pendant les siècles à venir. Il faut dire qu’à l’époque je n’étais pas le garçon le plus populaire de l’école (euphémisme) et que dans ce genre de situation, on a tendance à fantasmer sur le genre de gloire que peut apporter un tel prix.

Quand j’ai commencé à faire des albums, j’ai rapidement compris que je ne serais jamais en nomination à ce gala, pour plusieurs raisons. Premièrement, je chante en anglais alors que le gala de l’ADISQ célèbre la musique franco. Ensuite, moi qui ai pris l’habitude de produire des albums avec une poignée de change, il me serait inconcevable de payer des frais d’inscription aussi élevés pour avoir (peut-être !!!) une chance d’être mis en nomination. Et finalement… parce que j’ai appris à me sacrer pas mal des trophées et des prix, tant qu’il y a des gens qui écoutent la musique de mon band et qui viennent nous voir en show.

…Et pourtant ! Ce mardi, j’étais bel et bien assis au milieu de la Salle Wilfrid-Pelletier en me répétant mon speech au cas où on nommerait mon nom.

J’explique.

L’an passé, le réalisateur Podz m’a appelé pour me demander si je voulais faire la musique de son nouveau film, « L’affaire Dumont ». Évidemment, j’ai accepté. Ça a été une expérience carrément trippante. Malheureusement, la controverse entourant la sortie du film (« y’est ti coupable ou ben-dont s’il l’est ti pas ? ») a complètement éclipsé ses qualités artistiques. Podz et son équipe ont juste voulu faire un film touchant et, selon moi, ils ont totalement réussi. Mais bon, toujours est-il qu’à la sortie du DVD, nous avons décidé de sortir la trame sonore sur iTunes. Et un peu plus tard, GoFilms, la compagnie de production, a décidé de l’inscrire à l’ADISQ, déboursant les frais d’inscription. Et voilà, l’album s’est retrouvé en nomination.

Comme j’essaie de m’éloigner des choses qui peuvent gonfler l’égo, je me suis demandé si j’irais au gala. J’ai finalement décidé d’y aller par respect pour Nicole Robert de chez GoFilms qui avait cru en moi et qui avait pris la peine de m’inscrire. Je croyais que les nommés avaient droit à des billets gratuits. Eh bien non. Ils paient leurs billets comme tout le monde. 40$ le billet. Pour le gala du dimanche… c’est 250$.

Le Gala

Sincèrement, je ne croyais pas beaucoup en mes chances. La musique de l’Affaire Dumont se collait bien au film et je suis fier de ce que j’ai composé, mais sorti de son cadre, sans les images de Podz, je trouvais qu’elle perdait beaucoup de sa valeur. Et j’étais dans une catégorie qui récompensait la trame sonore seulement, sans rapport avec les images.

Malgré tout… on ne sait jamais… il faut donc se préparer un speech. Pour ne pas avoir l’air crétin en avant de toute l’industrie musicale. Surtout quand elle ne te connaît aucunement et que ce sera la première impression qu’elle aura de toi. J’ai donc passé la journée à répéter sans cesse ce que je dirais si jamais j’étais le gagnant. Je raccourcissais, j’essayais de rendre ça plus intéressant… À un moment dans l’après-midi, j’ai eu la pensée « Si je ne gagne pas… ce sera vraiment une journée perdue. Répéter un speech qu’on n’aura jamais l’occasion de dire ». Alors je me suis mis à espérer gagner. Juste pour rentabiliser cette journée.

Quand je suis allé chercher mes billets à la place des Arts, j’ai vu que nos sièges étaient en plein milieu de la salle. Oh… s’il y a une allée qui passe au milieu et que je suis juste sur le bord… ça veut dire que j’ai une chance ? Merde… Je me suis mis à répéter mon speech de plus belle.

Après avoir mangé une poutine italienne au Mikes du Complexe Desjardins avec ma blonde (faut garder les pieds sur Terre, quand même) nous nous sommes rendus à la salle. Nous sommes entrés avec le public et non avec les artistes afin d’éviter le tapis rouge.

Rendus à nos sièges… Paf ! Surprise… Les allées ne sont pas au centre de la salle, mais sur les côtés. Les attentes redescendent.

On regarde le show. Ça se passe bien. Je me demande si j’ai envie de gagner. C’est 50/50. Toute mon enfance je rêvais à ce moment et là… on dirait qu’il n’a plus d’importance. Si je perds… je m’évite le stress du speech. Si je gagne… j’ai une occasion d’aller plugger Will Driving West devant toute l’industrie. C’est un stress tout nouveau pour moi. Ça a l’air facile vu de l’extérieur, assis dans ton salon. Mais assis là, dans le feu de l’action… un déchirement. Surtout quand tu ne crois pas trop en tes chances et que tu n’es pas certain d’avoir envie de gagner.

Juste avant ma catégorie, je travaille encore le speech.

« Merci à Podz et Nicole Robert de chez GoFilms pour la confiance qu’ils m’ont accordée. Je souhaite un film comme ça à tous les musiciens totalement inconnus comme moi… Non seulement c’est trippant à faire, mais en plus ça met du gaz dans nos projets. Personnellement, ça m’a permis financièrement de consacrer un an à l’écriture du troisième album de Will Driving West, mon autre band, qui sortira le printemps prochain, et pour ça… j’en suis infiniment reconnaissant. » Petite plug pas trop subtile, mais je trouvais ça quand même mieux que de remercier Jean-Paul  Jleconnaispas et Marie Cestquielle.

Mars et Avril de Benoît Charest. Et voilà. Pas gagné. Benoît Charest n’est pas là pour aller chercher son prix. Au début, j’me dis… fuck. J’me suis claqué la journée de débile, le stress, les speechs qui n’auront jamais lieu… et le gars qui gagne ne s’est même pas forcé pour venir chercher son prix.

Puis, les minutes passent… et je finis par me dire…

Ouin. Dans le fond. C’est peut-être lui qui a raison.

On a skippé l’after-gala, on est rentrés chez nous. On a pris une photo de nous autres dans notre salle de bain. Comme ça on s’est pas mis beaux pour rien.

Dans mon lit, j’ai pensé au p’tit cul sur la plage de Baie-des-Sables en souriant.

5 commentaires
  • Annie
    24 octobre 2013

    Bravo pour ta nomination !!! T’as de quoi être fier ! xxx

  • louise
    24 octobre 2013

    Et bien nous autres on est fier de toi, tu as beaucoup investi pour etre la ou tu es a faire qq choses que t’aimes.
    Bravo « mon grand »

  • Claudette Gagnon
    25 octobre 2013

    Bravo David …un p’tit « cu » de Baie-des-Sables…Moi j’ai toujours.. su.. ou..cru que tu avais du talent…Tu etais sage mais …tes yeux parlaient ..et si tu avais la chance de pouvoir parler…bonne reponse et drole…Felicitation…tres bien…Je suis la mére a Michael Santerre…!!! XxXx Claudette

  • nancy perreault
    25 octobre 2013

    Félicitations David!!! Déjà d’être en nomination, c’est génial!!! Poursuis ton rêve de ti-cul sur le bord de la plage de BdS et tu finiras par y arriver. Cette année, ce n’était qui répétition pour la prochaine fois!!!

    Nancy Perreault, ta gardienne…

  • lise santerre
    25 octobre 2013

    Bravo pour votre nomination et merci pour ton cheminement artistique d’un Gala….

Moi aussi j'veux un blog

David Ratté

www.willdrivingwest.com | www.mananocean.com

T’es qui au juste?

RUBRIQUES